#BienvenueSurNotreBlog

Pour apprendre et comprendre

Banque et RSE : quand l’éthique devient une stratégie gagnante sur le long terme

Posted by BPCE Recrutement on 6 juin 2018 15:47:58
La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est devenue ces dernières années une véritable priorité, omniprésente dans les chartes de toutes les entreprises. Mais quels en sont les préceptes, et comment s’appliquent-ils dans les métiers de la banque ? Voilà une petite présentation des façons dont les lignes directrices du RSE peuvent s’appliquer pour une stratégie gagnante à long terme.

Responsabilité sociétale des entreprises pour les banques : un triple enjeu

 

La RSE, une obligation légale pour les entreprises

En 2011, la commission européenne définit la responsabilité sociétale des entreprises comme « la responsabilité des entreprises (RSE) vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société ».

 

La norme ISO 26000, standard international, précise que la RSE doit aborder sept questions centrales :

> la gouvernance de l’organisation 

> les droits de l’homme 

> les relations et conditions de travail 

> l’environnement

> la loyauté des pratiques

> les questions relatives aux consommateurs

> les communautés et le développement local

 

pexels-photo-1047892Le développement de la RSE permet d'établir et de partager ses valeurs

Les actions de l’entreprise sur ces sujets doivent être communiquées dans un rapport annuel.

Rating RSE

Il est maintenant complètement reconnu que le développement économique d’une banque doit inclure ces problématiques dans une vision à long terme.

Des agences spécialisées accordent donc des rating RSE. En France, c’est l’agence Vigeo qui est en charge de l’indice « ASPI Eurozone », qui répertorie les 120 sociétés de la zone euro affichant les meilleures performances selon les critères de responsabilité sociale et environnementale, dont fait partie Natixis par exemple.

Des labels récompensent également les banques ayant été les plus actives dans ce domaine, comme le label Lucie qui évalue les entreprises sur la crédibilité de leurs engagements RSE.

Image de marque

Grâce à la RSE, les banques ont l’opportunité de communiquer en interne comme en externe sur leur système de valeurs. En signant les chartes RSE, les employés sont incités à avoir un comportement exemplaire.

Cela permet aux banques de renforcer encore la confiance que leurs clients ont en eux. Ces chiffres sont d’ailleurs à la hausse : en 2017, 66% des clients disaient avoir confiance en leur banque, et 78% considèrent que leur conseiller est compétent.

L’envie d’être acteurs du développement durable pousse les banques à mettre en place des initiatives ayant un impact positif sur la société, comme les actions de finance solidaire du Groupe BPCE.

L'entreprise comme vecteur de la construction d'un monde meilleur

Des meilleures relations en interne

La RSE inclut la qualité de la politique RH. Les banques ont donc pris au cours des années des engagements importants en terme de formation, mobilité, mixité professionnelle, qualité de vie au travail, etc.

Depuis 2015, 32 entreprises du Groupe BPCE ont obtenu le label Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes, délivré par l’AFNOR pour 3 ans.

Dans les groupes anglo-saxons, les cadres dirigeants ont même une partie de leur rémunération variable indexée sur des critères de RSE.

Ces directives sont mises en oeuvre pour assurer des conditions de travail valorisant le développement personnel.

Des meilleures relations en externe 

Des outils simples sont au service des conseillers financiers pour développer les valeurs de la RSE dans les relations clientèles.

Les efforts écologiques peuvent ainsi se traduire par exemple par l’objectif zéro papier. La numérisation de l’épargne bilantielle et de la banque au quotidien, et la mise en place de la signature électronique dans les réseaux Banques Populaires et Caisses d’Epargne ont ainsi permis d’économiser plus de 400 millions de pages, et donc 35 000 arbres par an, tout en simplifiant la vie des clients.

 waste-zéropapier

La RSE, c'est aussi des actions concrètes d'économie de papier comme l'applique le Groupe BPCE

Développement de la micro-finance ou micro-crédit pour booster l'économie solidaire

Des actions sont également mises en place pour dynamiser l'économie locale, via par exemple le micro-crédit, afin de permettre le développement des régions, et de donner sa chance à tous.  En 2017, plus de 100 millions d’euros ont ainsi été alloués par le Groupe BPCE pour soutenir plus de 15000 projets de chômeurs créant leur entreprise.

Le microcrédit est un moyen pour les banques de toucher une clientèle solvable mais jusque-là en marge du secteur bancaire, et donc de développer sa clientèle tout en favorisant l’économie locale.

L'investissement dans des projets environnementaux ou de réduction de l'empreinte carbone

La RSE n’est plus seulement une considération éthique, mais également économique. De nombres produits de placements voient le jour, qui tiennent compte de critères environnementaux, sociaux, et de gouvernance (critères « ESG »). Ces produits offrent des rendements sûrs, car ils intègrent des objectifs de rentabilité sur le long terme. 

Filiale dédiée à l'investissement responsable de Ostrum Asset Management, Mirova propose ainsi une gestion engagée visant à relier création de valeur et développement durable.

Le conseiller financier est donc directement concerné par la RSE car son rôle est d’informer ses clients sur l’existence de produits de placement éthique (ISR), et de répondre à l'intérêt croissant qu’ils suscitent.

Les banques se retrouvent donc à avoir un rôle important, afin de permettre le financement de projets liés au futur de notre planète : investir dans le développement durable et les énergies renouvelables est un pari sans risque pour l’avenir.

New Call-to-action 

Conseiller financier Relation client Métiers commerciaux RSE

Partager