Mettre en place une démarche DevOps pour gagner en productivité et en qualité, c’est bien. Pouvoir en mesurer les gains et les améliorations, c’est encore mieux ! Toute démarche d’amélioration continue s’accompagne de la mise en œuvre d’indicateurs clés. Sans mesure de la performance, difficile d’identifier les opportunités d’optimisation. Comment mesurer l’efficacité d’une démarche DevOps ? Nous vous indiquons les 9 principaux KPIs à suivre pour rester performant.

 

1) L’importance des KPIs en tant que DevOps

 

Avant de définir quels indicateurs-clés de performance suivre, il s’agit de se demander quelle est leur importance et ce qu’il est essentiel de maîtriser comme données. Mesurer pour mesurer n’ayant aucun sens, multiplier les indicateurs serait une ineptie. Les KPIs doivent être compris par l’ensemble de la chaîne agile, et mis en place de manière concertée, pour favoriser l’adhésion.

Une démarche DevOps a pour objectif d'accroître la valeur de l’entreprise. Le suivi des indicateurs doit permettre de mesurer cet accroissement de valeur par la réalisation de reportings fréquents. Il devient alors possible de monitorer l’amélioration continue et l’optimisation des processus. Les KPIs sont intrinsèquement liés aux objectifs de rapidité de déploiement et de simplification des processus.

 

Pour répondre aux particularités du DevOps, les KPIs doivent à la fois :

  • être concrets et mesurables ;

  • être évocateurs auprès des équipes développement et opérations ;

  • permettre de mesurer la performance de toute la chaîne ;

 

Enfin, il ne faut pas oublier que les indicateurs-clés dans le cadre d’une démarche DevOps sont à adapter en fonction de l’environnement et de l’organisation choisie.

 

2) Les principaux KPIs

 

1- Délai d'exécution : indique le temps nécessaire à l’équipe pour livrer en production une modification de code. Il permet de contrôler l’efficacité des différents processus et de mesurer l’efficacité de la mise en œuvre de la démarche DevOps.

 

2- Fréquence de déploiement : permet de mesurer la capacité à livrer fréquemment de nouvelles fonctionnalités.

 

3- Change volume : mesure le volume de changements entre chaque déploiement. Dans le cadre des opérations de développement, les changements doivent être fréquents et être réalisés pas à pas. 

 

4- Taux d’échec lors du déploiement : permet d'estimer la qualité d'un livrable à déployer en production. Les changements doivent être à la fois rapides et fiables. S’il peut être difficile de définir le succès, l'échec est généralement un paramètre plus facile à suivre. Si le build du produit échoue à répétition avant acceptation, l’action à mettre en œuvre peut être un renforcement des tests, par exemple.

 

5- Disponibilité de la fonctionnalité ou du système : mesure le succès des changements, en plus de la rapidité avec laquelle les équipes répondent aux incidents. Le pourcentage de disponibilité est à la fois facile à quantifier et à suivre.

 

6 - Temps moyen de détection des erreurs (MTTD) et Délai moyen de correction (MTTR) : mesure la rapidité de détection et de correction des anomalies.

 

7- Dette technique : permet de se rendre compte de l’état de santé du logiciel. L’objectif est de pouvoir mettre en place des actions correctives concernant la maintenabilité des composants.

 

8- Taux d'échec aux tests automatisés : permet de s’assurer que les efforts en matière d’automatisation portent leurs fruits et de mesurer les performances ainsi réalisées. 

 

9- Le Time to Market (TTM) : mesure le temps entre l’expression d’un besoin et la mise en production de la solution associée. Cet indicateur mesure l’efficacité de la démarche et de la collaboration entre les équipes.

 

Les indicateurs listés ci-dessous ne sont cependant pas exhaustifs. D’autres KPIs pourront être également pertinents selon l’organisation de l’entreprise, du projet ainsi que les objectifs définis. En revanche, une chose est certaine : mesurer est une règle essentielle et incontournable.

Gardez à l’esprit la célèbre phrase de Peter Drucker, considéré comme le « pape du management » : « If you can’t measure it, you can’t manage it ».

 

Déposer un commentaire

Inscrivez-vous à notre newsletter