En dépit de la crise économique, le recrutement dans le secteur bancaire reste dynamique. L’an passé, plus de 21 200 personnes ont été embauchées dont 14 600 en CDI. Toutefois, nous voyons émerger de nouvelles tendances de recrutement. En effet, la situation d’urgence sanitaire accélère la digitalisation du secteur bancaire, notamment des paiements et des opérations bancaires. L’évolution des habitudes des clients entraîne une réorientation des besoins en compétences des banques de détail. Quels sont les profils que vont recruter les établissements bancaires courant 2021 ?


1. L’impact de la digitalisation sur le recrutement en banque

 

La digitalisation des banques met l’accent sur différents profils

La crise du Covid accélère l’adoption de nouveaux usages impliquant la digitalisation accrue des entreprises du secteur bancaire. En effet, une étude du BCG (Boston consulting Group) estime que l’évolution des services bancaires vers des canaux digitaux s’effectue 3 à 4 fois plus rapidement que prévu sous la poussée de la crise sanitaire.

L’innovation technologique constitue un levier majeur de rentabilité pour les établissements bancaires car elle est porteuse d’opportunités en termes de relation client : améliorer la fidélité et la satisfaction tout en réduisant le coût des activités simples.

Avec l’essor de l’intelligence artificielle, véritable vecteur d’innovation, et une relation client qui se réinvente en profondeur (marketing prédictif, vidéo banking, reconnaissance faciale, banque à distance), le secteur bancaire fait face à de nouveaux challenges en termes d’adéquation des compétences.

Les besoins en recrutement sont accentués sur les métiers de l’IT, du digital et de l’expérience client.

 

Les besoins clients évoluent avec la crise

Qu’il s’agisse des banques en ligne ou des banques traditionnelles qui développent des services en ligne, les agences bancaires doivent faire face à des clients de plus en plus exigeants en matière de digitalisation. Les clients sont demandeurs de solutions numériques, sécurisées et simplifiées, ce qui entraîne une multiplication des opérations et des transactions en ligne.

Pour accompagner ce besoin client, les banques recrutent des profils pourvus d’une grande capacité d’adaptation et qui sont à l’aise avec les nouvelles technologies et les outils digitaux. C’est pour cette raison que parmi les recrutements effectués en 2020, 57,2 % ont concerné des postes commerciaux.

 

Guide-commerciaux-banque

 

 

2. Le secteur bancaire résiste à la crise du recrutement

 

Des besoins toujours présents

Les banques jouent un rôle majeur dans la continuité de l'activité économique durant cette crise. Les établissements financiers se sont adaptés pour poursuivre leur activité malgré une présence sur site plus faible.

Par exemple, pour ne pas geler les recrutements, notamment durant le confinement, les banques sont rapidement passées aux entretiens vidéos. Pour continuer sur cette lancée et soutenir l’innovation, les projets de digitalisation en cours se poursuivent, nécessitant le recrutement de nombreux spécialistes.


L’alternance continue de séduire

En partie grâce aux aides versées par l’État pour l’embauche de salariés en alternance (en contrat d’apprentissage et contrat de professionnalisation), leur recrutement reste dynamique.

Par exemple, 4000 postes en alternance sont proposés par L'ESBanque, le formateur de référence du secteur bancaire. Un grand nombre d’alternants sont recrutés par les banques à la fin de leurs études. En effet, leur taux d’insertion professionnelle est de 87 %.

Quels sont les principaux profils concernés ? Essentiellement des métiers de commerciaux : conseillers clientèle particuliers et professionnels selon le niveau de formation, conseiller patrimonial ou encore chargé d’affaires entreprise.


 

3. De nouveaux profils recherchés en banque dans un nouveau contexte

 

Près de 23 500 départs à la retraite sont attendus entre 2021 et 2025, soit l’équivalent de 12% des effectifs actuels du secteur. Ces départs à la retraite constituent un levier d’ajustement des effectifs et d’adaptation des compétences aux nouveaux besoins.

Profils expérimentés

Dans un contexte de risques accrus du fait de la crise sanitaire et des répercussions économiques sur les entreprises et les ménages Français, les banques vont être amenées à recruter des profils expérimentés, dans la gestion des risques ou du recouvrement. En effet, la pandémie ayant un impact considérable sur l’économie, notamment par la destruction d’un grand nombre de PME, des risques vont émerger. Dans le même temps, les Français ayant épargné, tout ce patrimoine demandera une gestion scrupuleuse. En somme, les métiers de la banque seront mobilisés pour assurer une relance durable.

Les banques font également face à d’autres défis majeurs comme le durcissement de la réglementation financière, l’accroissement de la concurrence, les taux d’intérêt bas, la transformation numérique et l’évolution des attentes client, nécessitant le recrutement de professionnels expérimentés.

 

Profils junior

La banque propose néanmoins de nombreuses offres d’emploi aux profils juniors, notamment par le biais de l’alternance.

Le cabinet de recrutement Robert Walters a analysé ces besoins métiers : il s’agit particulièrement de postes de chargés d’affaires ou d’analystes crédits sur lesquels sont recrutés de jeunes cadres. Les profils de conseillers clientèle sont également convoités.

Près de la moitié des recrutés dans le secteur bancaire sont titulaires d’un bac +5.

 

Le secteur bancaire est en pleine mutation. Pour faire face aux multiples défis qui leur sont posés, les banques recrutent sur de nombreux métiers à différents niveaux d’expérience, offrant de belles perspectives de carrière.

Commercial-banque-BPCE

 

Déposer un commentaire

Inscrivez-vous à notre newsletter